Cancer colique

Cancer colique

C'est le troisième cancer le plus fréquent chez l'homme après le cancer de la prostate et du poumon, et le deuxième chez la femme après le cancer du sein.

 

Il résulte le plus souvent de la transformation d'un polype du colon, en cancer. Cette transformation prends un temps variable qui se chiffre le plus souvent en années.

 

Il peut parfois exister des cancers dit "familliaux" ou "héréditaires" car liés à une anomalie génétique identifiée; Ces types de cancer sont très rares.

 

Le cancer du colon est très souvent situé à gauche (colon sigmoïde) mais peut toucher toutes les parties du colon : colon droit ou colon transverse.

 

Les signes de découverte sont très variables : sang dans les selles, anémie, troubles du transit, douleurs abdominales. Le plus souvent ces signes sont peu marqués, voire inexistants. On parle de cancer "asymptomatique". Ces cancers peuvent être dépistés (campagne de dépistage). Ce dépistage s'effectue soit par l'hémocult (recherche du sand dans les selles) soit par coloscopie en cas de facteurs de risques identifiés.

 

L'examen clé du diagnostic est la coloscopie avec biopsies.

 

Une fois le diagnostic suspecté ou établi, il est suivi (sauf urgence) d'un bilan d'extension comportant un scanner du thorax de l'abdomen et du pelvis et éventuellement le dosage des marqueurs tumoraux (ACE et Ca 19-9) de manière à vérifier s'il s'agit d'une maladie locale ou s'il s'agit d'une maladie qui touche d'autres organes (péritoine, organes de voisinage, foie ou pomons). Le Tep scanner peut être utile dans certains cas.

 

Quoiqu'il en soit, le traitement optimal de la maladie est chirurgical avec comme objectif une chirurgie dite R. zéro (résection R0), c'est à dire sans résidu de tumeur. Cette chirurgie se cantonne le plus souvent à n'enlever qu'un segment de colon avec le feuillet ganglionnaire et vasculaire qui l'entoure (on parle de curage) : il s'agit d'une colectomie droite, gauche, transver ou parfois totale avec curage ganglionnaire.

 

Dans certains cas, la chirurgie optimale est plus complexe et nécessite d'enlever plus largement autours de la tumeur et parfois d'autre organes ou partie d'organes (estomac, pancreas, rate vessie, uterus...).

 

Enfin le projet thérapeutique peut encore être plus complexe et nécessiter un traitement séquentiel en plusieurs phases médicales (chimiothérapie) et chirurgicales notamment en cas de métastases du foie ou du poumon. il peut même combiner chirurgie et chimiothérapie dans le cadre d'une CHIP (chimiohyperthermie intrapéritonéale).

 

Le but étant une fois de plus la fameuse résection R0 mais pas à n'importe quel prix notamment en terme de risque opératoire, de risques de complications et surtout de qualité de vie.

Retour Contactez-nous
  • Plus d'informations ?
  • Pullman Prado - Entrée B1
    255 Avenue du Prado
    13008 MARSEILLE
  • Tél. : 04 91 25 74 25
  • Horaires :

    Secrétariat ouvert du lundi au vendredi de 9H15 à 13H et de 14H à 18H30


     


    Consultations du Dr HANNA


    Lundi, mardi et jeudi de 9H15 à 12H au cabinet de chirurgie du Prado 


    Jeudi de 14H45 à 16H30 à l'hôpital Saint Joseph

  • Voir le plan d'accès